jeudi 29 octobre 2009

Pâte de coing


Je suis un bec sucré. Cela ne veut pas dire que je n'aime pas manger salé (au contraire!) mais j'aime les desserts, les friandises. En revanche, je n'aime pas manger n'importe quoi, cela fait bien longtemps que je n'ai pas mangé de bonbons du commerce. Confectionner soi-même des pâtes de fruits m'enchante beaucoup et me permet de doser le sucre comme je le souhaite et ne pas rajouter de conservateurs ou autres bizarreries.
J'avais vu mon beau-père confectionner de la pâte de coing il y a quelques années et j'avais trouvé cela délicieux. En trouvant des coings dans mon panier bio l'autre jour, j'ai eu envie de me lancer. Cette recette est le fruit d'inspirations diverses: j'ai chipé le procédé de cuisson à Cléa, consulté la recette du Petit Larousse des recettes aux fruits du Verger et suivi les recommandations de cuisson de ma tante Linette.
Cette pâte de coing est longue à cuire mais on n'est pas obligé de rester derrière les fourneaux tout le temps et cela vaut vraiment le coup.
Le coing est le fruit du cognassier, qui ressemble vaguement à une poire et qui ne se consomme que cuit. Il est difficile de le peler et de le trancher. C'est sa richesse en pectine qui lui permet de se transformer aisément en gelée ou en pâte.

Ingrédients:
-1,2kg de coings (5 ou 6 fruits pour moi)
- 750 g de sucre blond

Laver et essuyer les coings. Les peler et les trancher grossièrement. Réserver la chair. Mettre les épluchures et les trognons avec les pépins dans une casserole. Les couvrir d'eau et porter à ébullition. Laisser cuire une vingtaine de minutes. Transvaser le liquide dans une marmite à travers un tamis pour retenir les épluchures - que l'on peut jeter ensuite-, bien presser pour en extraire tout le jus.
Poser les morceaux de coings dans le liquide, porter à ébullition et laisser cuire 30 minutes, jusqu'à ce que le coings soient tendres. Égoutter ensuite la pulpe de coing, la mixer au blender ou au moulin à légumes, la remettre dans la marmite et ajouter le sucre*.
Laisser cuire doucement cette pulpe de coing sucrée à feu doux pendant une petite heure en remuant de temps en temps, jusqu'à ce qu'elle se détache des parois de la marmite.
Étaler la pâte de coing sur une feuille de papier sulfurisé déroulée sur la lèche-frite du four et la faire sécher soit à température ambiante plusieurs jours soit à four très doux pendant une heure. Lorsqu'elle est bien sèche, la découper en petits carrés et la conserver dans une boîte hermétique. On peut également rouler les morceaux dans du sucre cristallisé. La pâte de coing nature accompagne à merveille des fromages secs comme la tomme de brebis par exemple.

*On dit de mettre le poids en sucre de la pulpe une fois cuite et mixée. J'avais 1kg de pulpe et je n'ai mis que 750g de sucre ce qui était largement suffisant.

1 commentaire:

disa a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.